top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurMarie

Créer sa réalité

« Nous créons notre réalité »


Voici une des phrases qui m’a le plus intrigué ces dernières années, et je crois que je commence seulement maintenant à la comprendre dans toutes ses implications.

En effet, au début de ma réflexion sur cette phrase, ayant déjà compris que la vibration émanant de moi était décisive et non ma pensée consciente, je ne comprenais pas qu’il puisse exister sur Terre des choses comme le massacre de milliers d’animaux, la souffrance de tant d’êtres humains.


Je me disais : si je crée ma réalité, depuis ma vibration aimante que je crois sentir fortement au plus profond de moi, comment se fait il que je sois dans ce monde. Parce que mettons que je souhaite que ces massacres disparaissent, faut-il que je cesse de les regarder ? Que je nie leur soit-disant existence ?


Dans un premier temps, j’ai appris à modifier en moi la charge émotionnelle (affliction et rage) liée à ces faits inacceptables.

Mais je continuais de ne pas comprendre pourquoi ils existaient, si toutefois ils existaient , en dehors de mon champ de conscience. Je me disais : si je décide de croire qu’ils n’existent pas, peut-etre alors n’existent-ils pas dans ma réalité…


Cela était du bricolage, pour essayer de rendre ma compréhension cohérente. Mais c’était fragile.


Je me demandais sérieusement si le monde existait en dehors de ma conscience. Le monde matériel, la société des hommes… Moi je n’aurais pas créé cela comme ça, alors si c’est moi qui crée ce monde, je ne comprends pas…


Voilà un peu les boucles dans lesquelles je tournais régulièrement.


Puis j’ai récemment fait quelques avancées sur mon chemin et ma compréhension s’en trouve éclairée.


Avant de m’incarner, j’ai choisi de venir en ce monde. Celui la précisément, et précisément pour l’inacceptable qui y règne.

Je l’ai choisi.

Cet inacceptable n’est pas de mon fait, mais je suis venue pour le Voir.


Le Voir et adapter mon réceptacle émotionnel : passer de l’affliction à une observation « neutre » de cet inacceptable.


Et apprendre à transformer cet inacceptable par un modelage précis et constant de mon intériorité depuis mon poste incarné, mais soutenu par mes avant-postes supra dimensionnels ( mes aspects non incarnés mais peu à peu reconnectés – ce qui revient presque à les considérer comme incarnés à présents, et d’autres parts de moi non encore connectées et agissant en alignement avec ma Fréquence d’intention « service total au Divin »)


Le modelage de cette intériorité permet la « descente » dans l’incarnation des parts supérieures de soi, et avec elles, vient la recouvrance, ou la réactivation des mémoires cosmiques.


Ainsi la personne que j’étais il y a quelques années, se frayant un passage de conscience dans une jungle de confusion, à force de travail personnel, de force et de courage, est devenu la personne que je suis aujourd’hui, et mon univers a bel et bien totalement changé.


La présence du Divin me nourrit à chaque instant. Et cela me permet d’embrasser de mon regard de conscience la réalité terrestre depuis un point de vue qui m’offre une perspective extrêmement riche et inspirante. Sans déni. Au contraire. Ce travail personnel de reconnexion me permet de voir que la noirceur est encore pire que ce que la majorité des êtres humains sur cette planète peut concevoir.


Mais je sais aussi que la puissance divine est sans commune mesure. C’est l’ancrage dans cette substance de pure vie qui permet de tenir son regard sur les points les plus durs.


Donc plus que de créer notre réalité, il s’agit de redevenir qui nous sommes et d’accéder ainsi à une vérité plus grande que soi.


Je crois aussi qu’il y a une distorsion new age dans ce concept de « créer sa propre réalité » :

Soit cela peut être récupéré par l’égo si l’on croit que c’est par notre volonté que l’on crée sa réalité. (Pour moi la volonté est un produit de l’égo) ;

Soit cela peut engendrer du déni par rapport aux phénomènes inacceptables, une tiédeur face à la cruauté et à la destruction du vivant, une candeur, qui conduit à un désancrage, à une fragilité dans la structure de la personne.


Courage à chacun d'entre nous sur ce Chemin :)


Marie – juillet 2023



14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page